top of page

Résultats de recherche

295 éléments trouvés pour «  »

Événements (15)

Tout afficher

Posts de blog (26)

  • La Camomille matricaire : une plante bonne à tout

    Ce n’est pas un hasard si j’ai appelé mon entreprise Herboristerie Kamomille. Si vous me suivez sur les réseaux, vous avez constaté que j’en parle souvent. En herboristerie, la chouchoute des plantes est l’Ortie piquante. Mais nous avons chacun.e des affinités avec une plante, et en ce qui me concerne j'ai un petit faible pour la Camomille matricaire. Alors voici un focus sur cette merveilleuse plante médicinale. Botanique La Camomille matricaire ou allemande est une plante herbacée appartenant à la famille des Astéracées (anciennement Composées). Originaire d'Europe et d'Asie occidentale, elle est largement cultivée en Allemagne et dans d'autres pays européens, on la trouve régulièrement aux abords des chemins. Elle pousse jusqu’à 50 cm de hauteur, ses tiges sont fines et ses feuilles finement divisées. Ses fleurs sont petites avec un centre jaune entouré de pétales blancs. Son nom latin est Matricaria recutita, qui trouve son origine de « mater », « matri » qui signifient mère, en raison de son cœur jaune qui rappelle la forme d’une matrice féminine, mais aussi car la Matricaire a toujours été traditionnellement utilisée pour les douleurs menstruelles. Dioscoride et Galien la préconisaient contre les « misères féminines ». On ne peut pas la confondre avec une de ses cousine la Camomille romaine, appelée aussi Camomille noble, dont les fleurs ressemblent à des pompons. Ses principaux constituants sont : Chamazulène: substance responsable de la couleur bleue caractéristique de l'huile essentielle de Camomille matricaire et qui possède des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. Alpha-bisabolol: Également présent dans l'huile essentielle de camomille matricaire, l'alpha-bisabolol est un composant aux propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes et apaisantes pour la peau. Oxyde de pinène: Ce composant contribue aux propriétés anti-inflammatoires et antispasmodiques de la Camomille matricaire. Farnésène: Il agit comme un agent anti-inflammatoire et peut aider à soulager les symptômes associés à l'inflammation. Camazulène et sesquiterpènes: Ces composés contribuent également aux propriétés anti-inflammatoires Flavonoïdes: La camomille matricaire contient des flavonoïdes comme l'apigénine, la lutéoline et la quercétine, qui ont des effets antioxydants et anti-inflammatoires. Coumarines: Ces composés ont des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. En plus de ces composants principaux, la Camomille matricaire contient d'autres constituants tels que des polyphénols, des acides phénoliques et des acides aminés. L''ensemble et l'interaction complexes de ces composants confèrent à la Camomille matricaire ses nombreuses propriétés médicinales, notamment ses effets anti-inflammatoires, apaisants, antispasmodiques et cicatrisants. Propriétés : La Camomille matricaire est largement utilisée en phytothérapie pour ses propriétés : apéritive digestive antispasmodique et antalgique antiseptique intestinale anti-allergique L’utilisation la plus courante est l’infusion, à raison d'une cuillère à café pour 25 cl d'eau, à infuser environ 10 min ou plus selon les goûts. Avec sa saveur miellée, la Camomille matricaire est facile à boire, seule ou en accompagnement d'autres plantes comme la Verveine, la Menthe... On pourra la prendre dans différentes situations : Maux de tête Spasmes digestifs Douleurs menstruelles Nervosité, anxiété Névralgies Formes galéniques En plus d'être consommée en infusion, d'autres formes sont intéressantes en usage externe. Hydrolat  ou eau florale : L’eau issue de la distillation (hydrolat) est calmante en cas de peau irritée, sensible ou sujette à l’eczéma. On peut aussi la boire comme digestif et anti-inflammatoire en interne. L’hydrolat peut s’utiliser chez la femme enceinte et les enfants dès 3 mois. Extrait hydroalcoolique : L'extrait alcoolique ou alcoolature permet une prise plus concentrée qu'une infusion, et peut permettre de soutenir la digestion, d'aider à réguler le transit. Elle participe à la relaxation et au bien-être. Huile essentielle : En application sur les tempes, pour soulager les douleurs et migraines. En synergie avec un gel d’aloe vera ou une crème neutre, pour apaiser et cicatriser les peaux sujettes aux allergies ou eczéma. L'huile essentielle de camomille matricaire est également utilisée en aromathérapie pour ses effets relaxants et apaisants. Attention, l’usage est déconseillé en cas d’allergie aux Astéracées. Macérat huileux Il s'agit d'une macération de fleurs dans une huile végétale. Le macérat huileux s'applique sur le visage et le corps pour un effet apaisant et cicatrisant. Pour conclure, la Camomille matricaire, quelle que soit sa forme, est selon moi une des plantes à intégrer dans votre trousse de soins du quotidien. A bientôt ! Retrouvez tous les produits à base de Camomille matricaire : Bibliographie : MULOT Marie-Antoinette « Secrets d’une herboriste », 1984

  • Recette de sirop de Pin pour la gorge

    Sirop de bourgeons de Pin sylvestre Bronchite, pneumonie, rhumes, l'hiver et le froid mettent les bronches à rude épreuve. Si le Thym et l'Echinacée sont à l'honneur pour leurs actions antibactérienne et immunostimulante, il est tout aussi important de soulager les maux de gorge. La forme des sirops est particulièrement adaptée quand les douleurs de gorge sont intenses et gênent la déglutition. L'avantage est qu'ils se conservent bien et peuvent se boire purs, dilués dans de l'eau, ou même dans une infusion pour apporter un meilleur goût. Ne pas en abuser tout de même car le sirop est riche en sucre donc très calorique. Il faudra l'utiliser sur une courte période et avec modération. Et bien-sûr il sera déconseillé aux personnes diabétiques. Zoom sur le bourgeon de Pin sylvestre Je propose des bourgeons de Pin sylvestre en vrac dans ma boutique destinés aux infusions, et j'ai voulu tester une recette de sirop qui permette de joindre l'utile à l'agréable. Le bourgeon de Pin est utilisé en phytothérapie comme expectorant et mucolytique, c'est à dire qu'ils fluidifie les sécrétions bronchiques, mais aussi des parties hautes de l'arbre respiratoire, notamment en cas de sinusite ou rhinite. On peut utiliser les bourgeons en décoction (infusion longue de plus de 10 min) en interne ou en inhalation. On peut aussi procéder à une alcoolature, qui comme indiqué plus haut, permettra d'extraire les principes actifs. On peut encore utiliser huile essentielle de Pin sylvestre en diffusion, qui est souvent qualifiée de "bol d'air". De même pour l'hydrolat qui pourra se boire ou s'utiliser également en diffusion. Vous l'avez compris, c'est un incontournable de l'hiver. Après plusieurs recherches, j'ai trouvé une recette consensuelle et facile à réaliser. La recette Contrairement à d'autres sirops de plantes comme le sirop de Coquelicot ou d'Hibiscus (voir la recette dans mon article), il faut passer par une étape d'extraction alcoolique des principes actifs, car les bourgeons contiennent des résines qui empêchent l'eau d'extraire la totalité des principes actifs. L'alcool en revanche a cette capacité, et il sera évaporé lors de l'étape finale de la recette. Ingrédients : Bourgeons de Pin sylvestre secs : 30 g Rhum à 55 ° (minimum) ou eau de vie : 30 ml 280 ml d'eau Sucre en poudre Matériel : Une casserole Une balance Un bocal ou flacon refermable (en verre de préférence) Etape 1 : alcoolature Placer les bourgeons dans un récipient, puis verser le rhum ou l'alcool, couvrir, bien mélanger et laisser macérer 24h00 en remuant de temps en temps pour que l'alcool imbibe bien tous les bourgeons. Etape 2 : décoction Porter les 280 ml d'eau à ébullition et la verser sur les bourgeons. Laisser macérer pendant au moins 6 heures à découvert. Etape 3 : filtrage Après les heures de macération dans l'eau, filtrer la préparation. Bien presser les bourgeons pour extraire les principes actifs. Etape 4 : sirop Peser la quantité de préparation obtenue après filtrage puis peser le même poids en sucre. Si vous obteniez 20 cl de préparation prenez 200 g de sucre. Je précise qu'il est préférable d'utiliser du sucre blanc qui aura un pouvoir d'extraction plus important que tous les autres. Faire chauffer la préparation dans une casserole. A l'ébullition ajouter le sucre et remuer jusqu'à obtention d'un sirop. Cela prend environ 10 à 15 mn. Couper le feu et verser immédiatement dans un flacon stérilisé, le fermer et le retourner. Après refroidissement, le sirop est prêt. Il faudra le conserver au frigo après ouverture et le consommer dans les 3 mois. Après avoir testé j'ai trouvé le goût très prononcé, résineux c'est pourquoi je conseillerais de d'abord tester avec une cuillère à café, dans un yaourt ou une infusion, ou de l'eau tiède (pour des enfants). A bientôt! Prochaine expérience de sirop avec de la menthe poivrée...à bientôt !

  • Bonnes résolutions : comment les tenir ?

    2023 se termine et vous avez décidé de changer certaines habitudes de votre quotidien en 2024 ? Dans quel but ? Améliorer votre santé, car comme dit le vieil adage, une bonne année c’est « surtout la santé ». Si la prise de bonnes résolutions est aisée, pouvoir s'y tenir peut constituer un vrai défi. Il existe les résolutions qui consistent à supprimer des mauvaises habitudes : tabac, alcool, alimentation riche, sucre… et celles qui consistent à en ajouter de nouvelles : faire du sport, consommer plus de fruits et légumes, prendre du temps pour soi, voyager… Quelles que soient ces résolutions, elles seront difficiles à tenir si vos objectifs sont mal calibrés. Donc commencez par vous fixer des objectifs atteignables et qui ne demandent pas une réorganisation complète de votre quotidien. Qui n'a jamais souscrit un abonnement annuel à une salle de sport, fait 2 séances puis abandonné ? Alors dans toute démarche d'arrêt ou d'ajout d'une habitude, pensez à la règle des petits pas. Exemple : vous vous fixez un objectif de 3 heures de sport par semaine alors que vous partez de zéro. Commencez par ajouter de la marche à pied sur un trajet que vous auriez fait en transport ou en voiture. Montez les étages à pied. Puis faites progressivement une activité par semaine et augmentez au fil de l'eau. Voyons maintenant 3 exemples de meilleures résolutions santé de début d’année pour lesquelles je vous propose des conseils... et des plantes. J’arrête de fumer Cette résolution figure parmi les plus difficile à tenir, car outre la gestuelle, l’aspect convivial du tabac, les cigarettes contiennent de la nicotine et d'autres substances chimiques créant une addiction. De plus, nous ne sommes pas égaux face aux addictions, cela varie en partie fonction de notre physiologie, de notre histoire personnelle et de notre environnement. Dans tous les cas, arrêter brutalement le tabac peut s'avérer compliqué et engendrer des "rechutes". Voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de son côté. Se fixer un objectif atteignable et quantifié : Posez-vous les bonnes questions pour être au clair avec votre ambition et vos capacités. Est-il préférable d'arrêter totalement du jour au lendemain ? En combien de temps ? Ou alors de réduire progressivement, de combien diminuer le nombre de cigarettes quotidiennes ? Ou quels jours seront sans tabac ? Se faire aider : C'est une force d'accepter de l'aide, et non une faiblesse. Il ne faut pas hésiter à consulter, ou à demander un suivi médical. Peut-être que des patches seront à envisager. Du côté des plantes Si l'arrêt est progressif, il est possible d'alterner tabac et plantes ou encore de couper le tabac avec des plantes qui se fument (cf. mon article de blog : Quelles plantes comme alternative au tabac ?) Le Kudzu Le Kudzu est une plante originaire d'Asie, dont on utilise la racine, riche en isoflavones. Elle est traditionnellement utilisée pour lutter contre les dépendances comme les addictions aux tabac et à l'alcool. Certains chercheurs ont suggéré que le Kudzu pourrait influencer le métabolisme de la nicotine dans le corps, ce qui pourrait potentiellement aider à réduire les symptômes de sevrage. Par ailleurs, des composés présents dans le Kudzu pourraient affecter les neurotransmetteurs du cerveau, tels que la dopamine et la sérotonine, qui jouent un rôle dans la régulation de la récompense et de l'humeur. Ces effets pourraient contribuer à réduire les effets plaisants associés à la consommation de tabac. La Valériane La prise de racine de Valériane est connue pour altérer le goût des cigarettes en les rendant désagréables à fumer. Elle agit aussi en apaisant le système nerveux. Elle se prend sous forme d'infusion ou d'extrait hydroalcoolique (gouttes). J’arrête le sucre Cette addiction est probablement aussi difficile à arrêter que le tabac, car plus pernicieuse. Le sucre est partout, même là où on ne l’attend pas. Et lorsqu’il ne se cache pas, difficile de lui résister. Lui aussi s’inscrit dans la dynamique de groupe, de partage. Il est associé au plaisir, à la récompense et il est facile de succomber. Alors plutôt que d’essayer de supprimer tout le sucre de votre quotidien (ce qui relèverait de l’exploit), commencez déjà par enlever le superflu (rappelez-vous, les petits pas). Listez les plaisirs auxquels vous ne voulez pas renoncer, comme le carré de chocolat du soir, et listez ceux qui sont faciles à supprimer ; un biscuit lors du goûter, un dessert lors du déjeuner... Du côté des plantes Infusion "coupe-faim" Vous pouvez boire une infusion à base de Thé vert et d'écorce d'orange en milieu de matinée et/ou d'après-midi. Le thé vert est réputé couper la faim et permettre une meilleure assimilation des graisses grâce à ses antioxydants. La Cannelle : Elle donne de la saveur aux aliments, si vous appréciez son goût, vous pourrez ajouter de la Cannelle de Ceylan en poudre à vos desserts ou yaourts à la place du sucre. Vous pouvez aussi la boire en infusion, ou en hydrolat (eau florale) En cas de pulsion sucrée, vaporisez un peu d’hydrolat de Cannelle sur la langue. La Stévia Un édulcorant naturel dérivé des feuilles de la plante Stevia rebaudiana. Elle est utilisée comme substitut du sucre en raison de son pouvoir sucrant élevé sans ajouter de calories. La stévia est beaucoup plus sucrée que le sucre, parfois jusqu'à 200 à 300 fois plus sucrée. Cela signifie que de petites quantités de stévia peuvent être utilisées pour obtenir une saveur sucrée comparable à celle du sucre, tout en ajoutant très peu de calories ou pas du tout. La stévia n'a pas d'impact significatif sur les niveaux de glucose dans le sang, ce qui la rend adaptée aux personnes atteintes de diabète ou à celles qui cherchent à contrôler leur glycémie. J'arrête l'alcool Je pratique un dry january Cette pratique à la mode nous vient des pays anglo-saxons. Le but est simple ; réaliser un sevrage d’alcool pendant tout le mois de janvier. Seulement, en France comme dans d’autres pays, trinquer n’est pas anodin, il s’agit d’un geste social, ancré dans nos traditions, qui rime avec célébration et partage. Et même avec une motivation sans faille, le fait de ne pas suivre un groupe peut susciter de l'incompréhension voire des réactions hostiles de la part de l'entourage. Il est donc important de procéder avec méthode. Informez votre entourage : Faites savoir à vos amis, votre famille et vos collègues que vous participez à un Dry January. Cela favorisera le soutien social et réduira les tentations. Éliminez les tentations : Faites le ménage dans votre maison en éliminant les bouteilles d'alcool. Évitez de fréquenter les endroits où la consommation d'alcool est prédominante si possible. Trouvez des alternatives : Supprimer l’alcool peut donner une sensation de vide, de manque. Il faut donc compenser, sans non plus tomber dans l’ excès de jus de fruits ou de sodas qui seront sans alcool certes, mais très sucrés. Utilisez les réseaux sociaux et les applis Il existe des groupes en ligne ou locaux de personnes participant également à un Dry January. Le partage d'expériences et de conseils peut aider à rester motivé. Gérez le stress : Si lors d’un pic de stress vous aviez l’habitude de vous précipiter sur un verre, alors trouvez une alternative ; une séance de méditation ou de relaxation. Du côté des plantes. Comme pour le tabac, vous pouvez pensez au Kudzu : Des études préliminaires suggèrent que des extraits de Kudzu pourraient réduire l'alcoolémie en augmentant l'élimination de l'alcool du corps. Cela pourrait potentiellement aider à réduire les effets de l'alcool. Certains composés présents dans le Kudzu pourraient influencer les neurotransmetteurs du cerveau, notamment la sérotonine et la dopamine. Cela pourrait jouer un rôle dans la réduction de la recherche de satisfaction par l'alcool. Remplacez l'alcool par de nouvelles saveurs Il existe des astuces, consistant à aromatiser l’eau que vous buvez avec un bâton de réglisse, ou quelques étoiles de Badiane (Anis étoilé), ou même un hydrolat de fleur d’oranger (1 cuiller à soupe pour 1 litre) Quelle que soit votre résolution, soyez patient et indulgent avec vous-mêmes, célébrez les réussites en marquant les petites victoires. Alors, s'il ne fallait en choisir qu'une, quelle serait votre résolution pour 2024 ? Références : Lukas SE, Penetar D, Berko J, Vicens L, Palmer C, Mallya G, Macklin EA, Lee DY. An extract of the Chinese herbal root kudzu reduces alcohol drinking by heavy drinkers in a naturalistic setting. Alcohol Clin Exp Res. 2005 May;29(5):756-62. doi: 10.1097/01.alc.0000163499.64347.92. PMID: 15897719. Ozarowski M, Mikołajczak PŁ, Thiem B. Rośliny lecznicze stosowane w fitoterapii uzaleinień od nikotyny lub alkoholu--implikacje dla zastosowania roślinnych kultur in vitro [Medicinal plants in the phytotherapy of alcohol or nicotine addiction. Implication for plants in vitro cultures]. Przegl Lek. 2013;70(10):869-74. Polish. PMID: 24501814. Kirkham S, Akilen R, Sharma S, Tsiami A. The potential of cinnamon to reduce blood glucose levels in patients with type 2 diabetes and insulin resistance. Diabetes Obes Metab. 2009 Dec;11(12):1100-13. doi: 10.1111/j.1463-1326.2009.01094.x. PMID: 19930003.

Tout afficher
bottom of page