top of page

Une belle peau au naturel


La peau est un organe, au même titre que le foie, le cœur, les reins ou les poumons. A la différence des organes internes, elle est directement visible puisqu’elle constitue l’ensemble de notre enveloppe corporelle.



Ses rôles principaux sont la protection et la perception de son environnement extérieur. A sa surface, elle possède un microbiote spécifique qui réagira aux agents pathogènes rencontrés. C’est aussi un émonctoire, cela signifie qu’elle a un rôle d’élimination des toxines.



Si on schématise à l’extrême, elle se compose de couches de membranes d’acides gras (phospholipides) et d’eau. Située en première ligne avec le monde externe à l’organisme, elle subit les rayons UV, le vent, la pollution, les bactéries etc.


Alors avoir une « belle » peau, c’est d’abord avoir une « bonne » peau, c’est à dire saine, capable de jouer son rôle de barrière immunitaire et d’élimination.


Comment faire ?


Certain.es d’entre nous ont une peau parfaitement saine et belle naturellement. D’autres sont moins bien loti.es et doivent s’en occuper quasiment au quotidien.


Voici déjà les bases et les leviers sur lesquels il est possible d’agir.


Nourrir la peau en interne


- Lui donner « à boire »

Ici, pas de scoop, il faut boire de l’eau pour s’hydrater de l’intérieur et favoriser l’élimination des déchets par l’organisme.



- Lui donner « à manger »

On sait que les acides gras trans et autres graisses issues de fritures ou de la transformation industrielle sont à éviter. En revanche, on doit manger de bonnes graisses pour maintenir l’élasticité de la peau : ces bonnes graisses sont apportées par certaines huiles comme l’huile d’olive, de lin, de bourrache etc. Il est aussi intéressant de manger des poissons gras ; sardines, harengs, dont les graisses sont riches en oméga 3.


Et pour que la structure cutanée tienne bien la route, il faut aussi consommer des protéines. Pour les personnes végétariennes ou vegan, il est bien-sûr possible de prendre des protéines végétales, il sera alors important de choisir les bonnes associations pour profiter de tous les acides aminés. Les indiens l’ont bien compris avec le Dahl de lentilles qui marie les lentilles avec le riz. Même principe pour le Chili con carne (ou sin carne).


Si vous souhaitez plus d’infos sur les associations à privilégier, je vous invite à regarder les ateliers proposés par Sabine Thekitchen. Si le sujet de la micro-nutrition vous intéresse, je vous recommande les formations de Philippe Vassal, docteur en pharmacie, accessibles sur https://phisante.fr/formation/



- Et le collagène alors ?


J'entends beaucoup parler du collagène comme la solution miracle alors j'ai fait quelques recherches.

Il s’agit d’une protéine, qui permet de ralentir le vieillissement de la peau et de conserver son aspect pulpeux et rebondi. Il serait aussi bénéfique pour les cheveux et les articulations. Aujourd’hui, le collagène proposé dans le commerce est soit marin et provient de restes d’écailles ou d’arêtes de poissons, soit provient d’os de bœuf.

De ma compréhension il faut aussi choisir un collagène hydrolysé car mieux assimilable par l'organisme.

Comme il s'agit d'un produit animal et manifestement ultra-transformé, je n’en propose pas en boutique pour le moment et je m'en tiens au règne végétal, mais je vais poursuivre mes recherches et pourquoi pas tester sur moi pour me forger une opinion. Sachez qu’en alternative, on peut se tourner vers la Prêle et l’Ortie qui sont toutes deux des grandes plantes minéralisantes.


Nourrir la peau en externe


Pour cela il existe des milliers de possibilités et beaucoup de produits fonctionnent bien. Retenez seulement qu’il ne s’agit pas d’enduire la peau d’huile ou de beurre végétal, ce qui serait contreproductif. Pour que la peau puisse absorber un corps gras, il faut le mélanger avec de l’eau. C’est pour cela que je préconise toujours d’associer une huile ou macérat huileux avec un gel type Aloe vera ou une crème neutre.



A faire avec parcimonie

Les gommages et nettoyages qui décapent

Le cycle de renouvellement des cellules de peau est d'environ 28 jours, donc un gommage, c'est bien mais une fois par mois maximum. Quant aux gels nettoyants, désincrustants ou encore dits purifiants, ils sont généralement surtout décapants. Non seulement ils détruisent tout le microbiote cutané, mais en plus ils stimulent la production de sébum. Résultat c'est un cercle vicieux qui s'installe, car plus on décape plus on a besoin de nettoyer.



Contre le vieillissement


Alors oui la peau vieillit et c’est inéluctable. En cause, notre patrimoine génétique, notre mode de vie, l’exposition au soleil, le tabac, l’hérédité, mais surtout la gravité, cette force qui nous attire inéluctablement vers le sol et nous fera tous « pendouiller » un jour ou l’autre.

Donc pas de recette magique, on vieillit tous, c’est moche mais on n’y peut rien. On peut juste limiter les dégâts et se sentir bien dans sa peau.


Comme énoncé plus haut, il faut boire de l’eau, manger varié et équilibré. Et ensuite, viennent les soins à appliquer sur la peau.


Si vous voulez des produits naturels, sains, bio et surtout mettre le minimum d’ingrédients sur votre peau, vous savez où me trouver 😉


Pour une hydratation optimale, le plus simple et naturel est le combo Gel d’aloe vera + Huile végétale - ou macérat huileux.


Alors justement, faisons le point sur la différence entre huile végétale et macérat huileux.


Huile végétale (HV): l’huile extraite est issue de la pression à froid de noyaux, pépins de fruits. Par exemple, l’huile de Bourrache, de noyau d’abricot, de Noisette.


Chaque huile a un niveau de viscosité différent, un indice de pénétration de la peau différent et des propriétés différentes. L’huile de noisette sera plutôt indiquée pour les peaux grasses ou sujettes à l’acné. L’huile d’Amande douce conviendra mieux aux peaux sèches.


Macérat huileux (MH): il s’agit de la macération de parties de plantes (fleurs, feuilles, racines) dans de l’huile (en général de Tournesol ou d’Olive).


La macération dans l’huile permet d’extraire des principes actifs des plantes comme on le ferait avec de l’eau dans une infusion. L’huile sert donc de support aux principes actifs.

Exemples : macérat huileux de pâquerette, de fleurs de Lys blanc, de Consoude etc.

Avec un macérat huileux, on recherchera plutôt une action spécifique selon la plante qui a été macérée dans l’huile.


Par exemple le macérat huileux d’Arnica sera intéressant pour les douleurs musculaires, celui de Plantain pour les irritations / démangeaisons ou allergies…


Donc à vous de choisir votre huile ou votre macérat huileux selon vos besoins, envies ou préférences.


Quelques exemples concrets

(Valables pour le visage et corps) - Pour un effet optimal, je conseille de mélanger les macérats huileux ou huiles végétales avec une crème neutre ou du gel d'Aloe vera lors de l'application.


Peaux sujettes aux rougeurs


Hydrolat d’Hélichryse italienne (le matin avant les soins)

Macérat huileux de Lys blanc (le soir, en mélange avec une crème ou gel d'aloe vera)

Huile végétale d'Amande douce (idem MH de Lys blanc)


Taches brunes


Macérat huileux de Lys blanc : en application le soir sur le visage, mains et bustes toujours associé à une crème hydratante, ou gel d’Aloe vera

Hydrolat de Citron ou de Géranium rosat : appliquer le soir, ne pas s’exposer au soleil juste après

Huile essentielle de Carotte (le soir uniquement, une goutte dans un peu de gel d'Aloe vera, sur les zones concernées) et bien nettoyer la peau avant de s’exposer au soleil


Rides


Macérat huileux de Géranium rosat

Hydrolat de Rose de Damas


Vergetures

Les champions de la cicatrisation sont les macérats huileux de Calendula et de Pâquerette


Peaux atopiques

Huile végétale de Chanvre (très nourrissant et indiqué en cas d'eczéma)

Macérat huileux de Plantain


Peaux grasses à tendance acnéique

Huile végétale de noisette ou de Jojoba


Peaux fragiles, desséchées ou abîmées (adultes)

Huile végétale de Macadamia ou de Noyau d'abricot.


Peaux fragiles, desséchées ou abîmées (enfants)



Vous devriez vous retrouver dans l'un de ces différents exemples. Ayez à l'esprit que de nombreux problèmes de peaux sont aggravés par le stress et peuvent parfois refléter un affaiblissement d'autres organes comme le foie ou les reins. Lorsque un émonctoire draine moins bien les toxines, un autre prend le relais.


Prenez soin de votre peau !

53 vues0 commentaire

Comments


bottom of page